Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

RETROUVE3

Acheter Batterie ordinateur portable Asus , Asus AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-asus.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable Asus , AC Adaptateur Asus de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!

Acheter Batterie ordinateur portable Dell , Dell AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-dell.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable Dell , AC Adaptateur Dell de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!

Acheter Batterie ordinateur portable HP , HP AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-hp.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable HP , AC Adaptateur HP de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!

Acheter Batterie ordinateur portable Acer , Acer AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-acer.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable Acer , AC Adaptateur Acer de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5720
- Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5720
- Akku für HP HSTNN-DB02
- Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5542
- Akku für Lenovo ASM 42T5226
Sommaire

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
27282930
<< Novembre >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter retrouve3 à vos favoris
 Asus A52F Battery Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Acer Aspire Timeline 3810 Series, Acer Aspire Timeline 4810 Series, Acer Aspire Timeline 4810T Series, Acer Aspire Timeline 5810 Series, Acer TravelMate Timeline 8371 Series, Acer TravelMate Timeline 8471 Series, Acer TravelMate Timeline 8571 SeriesAlternatives — including 2-in-1 convertibles, transformers and touchscreens — have intrigued customers, but none have been as popular Apple's laptop.

So HP decided on another strategy to compete with the MacBook Air: just get the basics right, with no gimmicky tricks.Alternatives — including 2-in-1 convertibles, transformers and touchscreens — have intrigued customers, but none have been as popular Apple's laptop. So HP decided on another strategy to compete with the MacBook Air: just get the basics right, with no gimmicky tricks.HP's made a remarkably beautiful machine here. At 0.41 inches thick, it's thinner than the 11- and 13-inch MacBook Air's thickest point (0.68 inches). And at 2.45 pounds, it's also lighter than the 13-inch MacBook Air, which weighs 2.96 pounds. It's also thinner than the newer, ultra-thin MacBook, which is 0.52 inch at it's thickest point.

Then there's the Spectre's one-of-a-kind polished hinge. To get the computer so thin, HP had to look beyond regular laptops for inspiration. HP settled on piston hinges inspired by those found in high-end furniture. The end result is a display that opens in one smooth motion. When open, the display appears to float above the hinge. The polished-copper finish radiates luxury, evoking high-end jewelry and handbags, although it's macho enough to appeal to guys.

On each side of the keyboard are grilles for the Bang & Olufsen-tuned speakers. They're not particularly loud and the sound is middling, but at least the speakers project sound up at you; the MacBook Air's speakers are more muffled since they're underneath the keyboard.There are always tradeoffs between design and performance. In most cases, a thinner, lighter and smaller laptop comes at the expense of power and battery life. A thicker laptop is, well, chunkier, heavier and has more power and more room for a bigger battery.Apple's 13-inch MacBook Air is the champion when it comes to long battery life. The Air also has solid performance, but the screen is pretty low-res by today's standards.

The Spectre, thin as it is, comes with either a sixth-gen Intel Core i5 ($1,169.99) or i7 ($1,249.99; the model I tested). All models come with 8GB of RAM and 256GB of PCIe solid-state drive storage. A third model with the i7, 8GB of RAM and 512GB of PCIe SSD costs $1,499.99.That's performance on-par with the 13-inch MacBook Air and far more power than the 12-inch MacBook, which uses a puny Intel Core M processor.As my daily machine for a week, the Spectre proved to be a reliable workhorse. Windows 10 is solid and Microsoft's new Edge web browser has grown on me. I also saw longer battery life using Edge over Chrome.

HP rates battery life as up to 9 hours and 45 minutes. My usual workday consists of having dozens of tabs open in Edge and Chrome, writing in a text editor, streaming music via Spotify in the background, editing photos in Photoshop, and watching a couple of videos on YouTube. On average, I got around 6-7 hours. Not quite the ~10 hours HP advertises, but solid in my book for getting through a day.Your own mileage will vary depending on what kind of things you're doing and whether you're pushing the processor to its limits or not (you'll know because the fan kicks up and the base gets very warm).A few of my colleagues asked me about the screen resolution as soon as I got the Spectre in for review and groaned when I told them it's a full HD (1,920 x 1,080) panel. Sure, that's not quite a "Retina" display, but remember, the Spectre is going up directly against the MacBook Air not the 13-inch MacBook Pro — and by that comparison, it's sharper than the 1,440 x 900 resolution of the Air.

The screen is bright and it's a little more reflective than I'm used to (HP's laptop screens always seem to be more reflective for some reason), but the viewing angles are good, and colors are pretty accurate.Typing on the Spectre is a pleasurable experience. The island-style keys are well spaced and have a nice bouncy (1.3mm) travel to them — definitely better than the flat-ass buttons on the 12-inch MacBook, which feel like you're grinding your finger bones right into them.Historically, HP's always had issues with its laptop trackpads. The glass trackpad on the Spectre is on the small side and it could be a little more responsive. The mouse occasionally lags — you can speed up the tracking speed in the system settings — but it really should be a whole lot better at this point.

USB-C (also called USB Type-C) is the Holy Grail of ports. The smaller, reversible port, capable of charging, video output and data transfer, is the port of the future.We're only a year into USB-C showing up on devices, but it's making good progress. Computer makers are still transitioning to new port, so they're not quite ready to ditch legacy ports like HDMI and full-sized USB 3.0 just yet, but HP's betting it all on USB-C with the Spectre.

Unlike Apple, HP's smart enough to know that people want more than just one USB-C port. The Spectre has three USB-C ports — all of them capable of charging the laptop. Two of them even support Thunderbolt 3 speeds. All three USB-C ports can also output video to a 4K monitor (but only to two simultaneously).With three USB-C ports, you can charge the Spectre, output video to an external display and plug in an accessory without needing to buy a dock or multi-port adapter. You'll still need to buy an adapter for connecting full-sized USB accessories to the USB-C port, but those are cheap and there are now more USB-C accessories (like hard drives and flash drives) than last year.

The Spectre is missing an SD card slot. I'm starting to see more laptops drop memory card slots and that's really upsetting. For guys like me who shoot a lot of photos on their cameras and want to offload them to a laptop quickly, it's a big loss. Our expectations of laptops changed forever that very day in 2008 when Steve Jobs stood on stage and slipped the original MacBook Air out of a manila envelope.Apple made two things clear: Premium design and thinness would be the new primary reasons when choosing a laptop. Power and ports — not so much. But Apple was wrong. While thin is still something people care about, it turns out people want a solid balance of form and function. Apple did eventually deliver that balance with the redesigned 2010 MacBook Air.

HP's Spectre attempts no gimmicks. There's no touchscreen. There's no battery-sucking 4K display. There's no rotatable screen. Just a sharp focus on the essentials to a thin and light laptop: powerful performance, bright crisp display, solid keyboard, good trackpad and long-enough battery life.

In the good old days (i.e. until the fall of 2009), it was possible to buy an Apple laptop with an easily user-accessible (therefore replaceable) battery pack to power it while away from an AC tether. Nowadays, however, and as is also the case with smartphones and tablets, the batteries are pretty much always embedded within the system. Supposedly, this "evolution" has led to thinner, lighter, and otherwise ergonomically superior mobile computers than would otherwise be possible. Conspiracy theorists such as yours truly, however, suspect that at least some amount of "obsolescence by design" is also at play. No matter how much computer manufacturers point out their batteries' ever-growing cycle count capabilities, they'll eventually fail, which is problematic for long-term devotees.

Take my wife and I, for example. I'm typing this writeup on a mid-2010 model 13" MacBook Pro, which has been my primary (and near-constant) work companion since I bought it from Apple as a factory refurb in mid-2011 (where it replaced several iterations' worth of early MacBook Airs). My wife also uses a mid-2010 MacBook Pro, this one 15" display-equipped, as her primary work system. It too was acquired as a factory refurb, this time from Small Dog Electronics as the Apple intermediary, in early 2013. I make a point of pointing out the systems' refurbished status as indication that their embedded battery packs probably already had at least a few cycles on them when we got them (although battery replacement might have been part of Apple's refurb prep).

I fairly frequently run my MacBook Pro off battery power, not necessarily draining its stored charge each time but still making an appreciable average dent in it. My wife conversely keeps her MacBook Pro AC-tethered near-completely. In doing so, she's not making an appreciable dent in its recharge-cycle count. Conversely, as you may already know, a constant-trickle-charge situation isn't the greatest strategy for ensuring maximum battery longevity.

So it was that a few months ago, my wife alerted me to a "Service Battery" message that had just begun appearing in her menu bar. The battery still seemed to be holding a decent amount of charge, System Information also suggested that the battery was still chugging along decently, and finding adequate downtime for me to disassemble it was difficult ... so I "let it be". But when "Service Battery" changed to "Replace Now" and un-tethered system operation plummeted to a few dozen minutes max, I knew we could procrastinate no longer.

iFixit's website was, as usual, my go-to guide for disassembly and replacement instructions although (unwisely, perhaps, in retrospect) I didn't spring for the company's own $89.99 battery plus $7.95 tri-wing screwdriver. Instead, after perusing the innumerable (and often dubious) options available from various suppliers and retailers, I went with a well-reviewed $55.99 battery from Lizone-via-Amazon, which had the added bonus of including the aforementioned obscure screwdriver (plus a Philips, which I didn't need, but why not?).
I'm not sure how I'm supposed to reference an online tutorial if the computer being worked on is my one-and-only, eh? Fortunately, it wasn't, and anyway, as I already said, I was planning to go with iFixit's online instructions instead.
Whether you're a few feet from an outlet or flying at 38,000 feet without a plug in sight, you shouldn't have to worry about your laptop running out of juice. Whether your notebook naturally sips juice or gulps it down, there are a lot of things you can do to squeeze more hours out of a charge.

The most visible source of battery drain is your display's backlight, which sucks up more power than anything else in most notebooks (perhaps with the exception of a GPU in a gaming notebook). A few percentage points of luminosity can go a long way.When we tested the Dell XPS 13 at 100 nits of brightness, it lasted for 11 hours and 54 minutes. When we dimmed it to 10 percent of its maximum brightness (20 nits), which was a tad on the dark side, but still possible to read, it ran for an extra 38 minutes, or 12:32. We ran the same test again at 100 percent, or 318 nits, and it only lasted for 9 hours. That extra brightness wasted a lot of potential battery life.

You can fine-tune Battery saver in Settings > System > Battery. The setting gives you options that allow you to decide when to turn on the mode automatically (it defaults to 20 percent), and whether you want to automatically lower your screen brightness when it activates.Just like people, Windows 10 laptops can stay awake longer if they sleep more. So set your laptop to put itself to sleep when you're not using it.- In the menu next to “Put the computer to sleep, pick a time.” The default time interval is 15 minutes, but you should pick a shorter time so that your laptop goes to sleep after only a few minutes of not being used. You can also pick a shorter time interval for the display to shut itself off.

More and more laptops are coming with SSDs by default, but those with a traditional HDD can be easily upgraded. An SSD takes less power than an HDD. In addition, because an SSD lacks moving parts, it is faster and longer lasting.We run the Laptop Mag Battery Test on an 802.11ac Wi-Fi network. Connecting to a 5-GHz connection rather than an older, 2.4-GHz connection can save your laptop's battery life, since 802.11ac networks use less power. It's a quick way to increase your internet speeds as well as your battery life. Check out our top picks for the best 802.11ac routers.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-06-2016 à 12h56

 Apple A1189 Battery new-laptopbatteries.com Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

As 3-in-1s go, this one is relatively affordable. Its base 13-inch version starts at $799, and comes with a full HD LED touch-screen display, a Core i5 processor, and 8GB of RAM. Stepping up to the $999 15-inch model adds a Core i7, 12GB of RAM, and dedicated Nvidia graphics. You can also pay $200 more for a hybrid drive configuration and 16GB of RAM. If you already have an SSD, you can add it yourself, though Samsung recommends professional installation.

The smaller version weighs in at 3.9 pounds, while the 15-inch is a hefty 5 pounds—that's pushing the lower limit of desktop-replacement territory. Both models include a 45Wh battery, but Samsung didn't specify how long it's expected to last. It does include quick charging, though, which means 20 minutes of charging adds two hours of battery life.f you're considering this 3-in-1 primarily for video playback, you'll appreciate the HDR mode, which approximates the clarity and visual colors you'd get from an HDR-enabled display.

The Notebook 7 doesn't skimp on connectivity. You get a USB 3.0 port, a USB-C port, and
two USB 2.0 ports. Those are complemented by HDMI and an SD card reader, and an Ethernet connection if for some reason you need it.We have seen tech giants setting new records to bring differentiation in their smartphone portfolio. Like 'the thinnest in the world', 'one with the highest camera pixels' and more. In the laptop arena too, there's been race to find new differentiators. Desi brand iBall last month launched what it claims is the world's cheapest Windows laptop. How cheap you ask? The device (not 2-in-1 tablet) costs Rs 9,999, which is the same price as that of a budget smartphone.

iBall during the launch of its CompBook Excelance did manage to grab some eyeballs with its "amazingly low" price of Rs 9,999, but as expected, it performed exactly the way we thought cheap laptops would perform. But before we dive deep into its performance, let us talk about the build shall we? The iBall CompBook Excelance was able to impress us by its build quality. Of course, it's supposedly the 'cheapest Windows 10' laptop in the world so needless to say that we are talking about a plastic build here. The laptop felt frail enough to even survive a single drop. We didn't take our chances.

There's a gripping textured design at the back of the screen, which prevents the laptop to appear cheap and dull to some extent. The back has the Compbook logo with company branding at one corner. There is a plain flat non-textured design underneath the Compbook Excelance. Users would not be able to access the laptop's battery or any other innards as there is no clutch-like opening. Of course using a screwdriver and dismantling it would make them accessible but would probably void the laptop's warranty too. The two speakers underneath reflect the sound bouncing off from the flat surface. You may find the audio output shrill but at least you have two speakers in a laptop that costs a fraction of those Apple MacBooks.

On one side you have a USB port, mini HDMI port and a circular charging slot, while on the other side there is a 3.5mm headphone jack, another USB port, and a microSD card slot (up to 64GB). Although these ports might not match the bare minimum needs of a customer, it all makes sense given the Rs 9,999 price tag of the laptop and the young audience/students that it targets.

All in all, the iBall Compbook Excelance does not appear like a cheap laptop, at least from its design and looks. Also, given the build and the size of the device, it is simply one of the lightest laptops we have come across so far. Highly portable, the device takes minimal space while carrying around.Once you open the laptop, at first glance the keyboard layout design would strikingly look similar to that of the 12-inch Macbook. The Compbook Excelance has a Qwerty keyboard spanning from one side to another, barely leaving any free space. The keys unfortunately won't provide you the feel of a regular laptop as they are less clickable than others. It also has functional keys at the top. The clickable trackpad worked fine in our tests and was responsive. Don't have any high expectations from the webcam as itshoots videos and images in 640x480 pixels resolution.

As for the display, the iBall Compbook sports an 11.6-inch HD display, which according to us was just about fine for the compact screen. The colours are vivid and viewing angles are just fine for any daily user. Speaking about the world's cheapest Windows 10 laptop's performance, it might just prove to be the laptop's Achilles heel. The iBall CompBook is powered by an Intel Atom Z3735 Quad core processor, clubbed with 2GB DDR3 RAM.

We understand that the laptop is for light usage based on the target audience. However, it should at least be able to stream a live video without any hiccups. Few days back the iBall Compbook decided to randomly ditch on me and hang while I was trying to live stream Apple's WWDC 2016 event on Microsoft's newest Edge browser.The laptop sometimes skipped a few frames when we played a YouTube video in full HD resolution. In addition, the Compbook Excelance managed to heat up just after streaming couple of full HD resolution YouTube video of roughly 6-7 minutes. Just in case that super cheap price tag with a bunch of basic features was not convincing enough, iBall has hedged its bets by stuffing the Compbook Excelance with Windows 10 as well. Although the laptop comes with Windows 10 out-of-the-box, certain tasks still remained unfeasible. There is no special iBall content inside the Windows 10 laptop. Of course, you can experience the latest Windows OS with new features such as the new start button, Cortana virtual reality assistant, Microsoft Edge, new Photos app and more.

As for the storage, the iBall Compbook Excelance comes with 32GB of inbuilt storage, out of which our review unit showed total space of around 28GB (almost 14GB user accessible). However, there is always an option to expand the storage by adding a microSD card. You can also register for a free Microsoft account to receive 5GB of Onedrive cloud storage. On the connectivity front, the laptop was swift to detect and connect with Wi-Fi, Bluetooth and other connectivity options. Finally, the battery life of the Compbook Excelance on an average came out to be 6 hours on regular usage. The laptop boasts a massive 10,000mAh battery, which is rated to deliver working time of up to 8.5 hours on single charge.

For ports, this Dell comes with a Media Card Reader (SD and MMC), three USB 3.0 ports, one HDMI port, and one LAN port. This laptop also has a full-size backlit keyboard with a number pad. The trackpad, however, can be a bit sluggish and unreliable. And with no touch screen, that means a USB mouse is your best bet on this PC.

The Dell i5779 can seem unnecessarily large, but behind its bulky casing and sleek red trim, this laptop packs unexpected features that remind you why they make 15-inch laptops. If convenient performance is what you are really after, then this will be an easy choice.HP’s 15-ay011nr is a traditional notebook with solid components at a fair price, and by that grace alone, it is a great choice. Many will enjoy the conveniences of highly portable ultrabooks, but others sill still prefer the conveniences of old-tech features like a large internal HDD for storage. The HP 15 ships with either a 1 TB HDD or a 128 GB SSD (for the same price), and while the The 1 TB HDD has almost 8 times the storage as the SSD, it does not access data nearly as fast or as quietly.

Additionally, the SSD model doesn’t benefit from the smaller design, as this is a 15.6-inch laptop that is just under 5 pounds. The display is a 15.6-inch Full HD anti-glare matte screen with a resolution of 1920×1080. It looks perfectly fine, but is not touch screen, nor is it a strong point of this laptop’s design.What is a strong point though is the 2.3 GHz Core i5 6200U processor on this sub $500 laptop. This processor is just the right performance level for most users, allowing a lag-free experience that doesn’t slow down when multitasking. This laptop also packs an average of 7 hours of battery life, which means that despite its size, you could still bring it into a classroom, just don’t count on having elbow room in a larger lecture hall with this laptop in front of you.

8 GB of DDR3l SDRAM and integrated graphics are par for the course, but all in all, the laptop runs quite well. The full-size keyboard feels nice and has a number pad, but is not backlit, which will make late-night use more difficult. Ports include two USB 2.0 ports, one USB 3.0 port, a Media Card Reader, and an HDMI port. This laptop also sports a handy DVD+RW optical drive.

The trackpad is not favored as it has one button to serve as left and right click. Additionally, it is quite loud and stiff, but this is a minor gripe on a laptop packing this much power at such a low price. The modern conveniences of an ultrabook will be indispensable to some, but if you prefer a device closer to a desktop minus the desk, HP has your back. Between the large HDD, 15.6-inch screen, and DVD drive, you be set with your own digital home base.

MSI is a top name among gaming laptops because of their high quality components, but a design oriented exclusively towards portable gaming makes for a rather impractical form factor and price point for average users. Going with the GE62 Apache Pro does mean you get some of the best stock components you could ask for, but you have to be willing to pay over $1,000 (and sacrifice some bag space) to appreciate their value.

Depending on which model you go with, you could end up with a 6th gen Skylake i5 or i7 processor. Either is hard to push to its limits, especially with the included RAM starting at 8 GB of DDR4 and going up to 16 GB of DDR4. Some models come with compact SSDs, and some with bulky HDDs. A select few, however, offer a unique dual drive configuration that keeps your OS and essential softwares on a 128 GB SSD, and then partitions a 1 TB HDD (7200 RPM) for media and file storage.

Most models of the GE62 come with a Nvidia Geforce GTX960M 2G GDDR5, or for $200 more, you can upgrade to the GTX970M with 3 GB of DDR5. Either of the cards will run the newest games on high graphics settings without breaking a sweat, and there are only certain situations that would honestly call for picking the 970M over the 960M. Whichever configuration you select, all of the equipment is temperature controlled via a button-activated dual fan cooling system, which is both effective and silent.

The 15.6-inch 1920×1080 IPS display is beautiful, with MSI’s True Color Technology offering clear and accurate colors. A push for higher resolution would have been nice here, but adding more pixels means the GPU would have to work much harder, so I am happy with the middle-ground. As for ports, this laptop stocks two USB 3.1 ports, one USB-C port, an HDMI port and mini display port (both of which supports extra monitors for a total of 3), one LAN port, and a DVD drive.

The SteelSeries RGB LED keyboard is an awesome touch, even though some of the nonstandard key placements will agitate users (the delete and insert keys are swapped, among other small oddities). Macro keys are useful though, and the programmable LEDs can lead to hours of fun and distraction.

One big downside about a laptop with this much stuff packed into it is that the battery has a hard time keeping up, and will get an average of about 4 hours of life with regular use. Another big downfall is the so-so build quality of the mostly plastic case, the worst addition being the screen hinge. The plastic is overly flexy in several key areas, which means you should buy a very nice case for this laptop. But overall, it does contribute to a more lightweight laptop, and just 5 pounds for all these components is definitely doable.For a laptop that performs as well as a 17 pound $2,000 Alienware machine, the GE62 is a big time winner. If you consider yourself a power user who benefits from more hardware to play with, then consider this laptop. Good luck still wanting to get school work done, though.Though Samsung is a company that is known best for making phones, they have made a number of laptop models over the years as well. The Notebook 9 is their latest, which impressed reviewers everywhere with its amazingly lightweight and sleek design. And even with a full metal frame, the Notebook 9 is the lightest laptop on this list at 1.9 pounds, and tied for the thinnest with just a half-inch of depth when closed.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-06-2016 à 13h03

 Batterie HP Compaq 2510p Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Le stylet du Surface Book est le même que celui de la Surface Pro 4 (ils sont d'ailleurs interchangeables) et se fixe sur le côté de l'appareil de la même manière. Cet accessoire fonctionne vraiment très bien, en particulier avec les applications Fresh Paint pour dessiner et OneNote de Microsoft pour prendre des notes. Nous avons demandé à Dan Parent, artiste et auteur de bandes dessinées, de tester la Surface Pro 4 et le Surface Book. Il s'est dit impressionné par la sensation offerte par le stylet et en particulier sa gomme.

La définition de l'écran du Surface Book est de 3000 x 2000 pixels pour une diagonale de 13,5 pouces de diagonale tandis que celui de la Surface Pro 4 propose 2736 x 1824 pour 12,3 pouces. En dehors de cela, les deux écrans sont très proches en termes de performances et de confort de vision. La définition plus élevée du Surface Book assure une excellente lisibilité des textes noirs sur fond blanc. Apple parle de qualité "Retina" tandis que Microsoft a baptisé sa technologie PixelSense, mais le concept reste le même.

Le Surface Book étant avant tout un PC portable, il offre assez d'espace pour une connectique correcte : deux ports USB 3.0, un port mini DisplayPort pour la vidéo, un lecteur de carte mémoire et une prise audio. En dehors de cette dernière, toute la connectique se situe sur la partie clavier, ce qui signifie que vous n'en disposez pas lorsque vous détachez l'écran. Sur la Surface Pro 4, il y a un port USB en moins et le lecteur de carte est au format micro SD.

Autre point commun entre les deux produits de la famille Surface : la présence de processeurs Intel Core i5 et i7 de la dernière génération Skylake. Nos exemplaires de test étaient tous deux équipés de la même puce Core i5 épaulée par 8 Go de mémoire vive. Leurs performances se sont révélées identiques sur nos tests standards. L'un comme l'autre se sont montrés plus véloces que la Surface Pro 3. Le Core i5 est plus que suffisant pour les tâches courantes de navigation Web, bureautique ainsi que la lecture multimédia en streaming. Même des applications telles que Photoshop et consorts fonctionnent sans problème.

Comme toutes les machines s'appuyant sur une puce graphique Intel, le Surface Book n'est pas fait pour du jeu intensif. Cependant, Microsoft propose en option une carte graphique Nvidia intégrée dans la partie clavier. L'option est appréciable dans la mesure où peu de PC portable de petit format proposent de vraies fonctions graphiques comme c'est le cas de l'Alienware 13 pouces de Dell et du Razer Blade 14 pouces.

Le première modèle de Surface Book que nous avons reçu n'était pas équipée d'une puce Nvidia. Mais, alors que nous rédigions cet article, Microsoft nous a envoyé un deuxième modèle. La version très haut de gamme, dotée d'un processeur Intel Core i7 et de la fameuse puce Nvidia. Nous avons pu faire tourner quelques benchmarks de jeu basiques et il s'avère que ce GPU est globalement du niveau d'une GeForce 940M. Avec des réglages graphiques poussés au maximum en 1920 x 1080 pixels, les performances sur BioShock Infinite ne sont pas extraordinaires un affichage qui n'atteint que 23,5 images/sec. En revanche, s'il l'on abaisse le niveau de détails à "moyen", la machine permet de monter à une vitesse de 37,2 images/sec. Un taux de rafraîchissement nettement plus confortable. Nous avons essayé plusieurs jeux dont le dernier Soma et Grand Theft Auto IV. Les deux tournaient sans problème tant que les réglages graphiques se situent entre les niveaux moyen et bas.

L'évaluation de l'autonomie doit se faire en deux étapes sur ce système puisqu'il bénéficie de deux sources d'énergie pour un double usage. La majeure partie se cache le clavier et un quart seulement dans l'écran pour le mode tablette. Le Surface Book est clairement pensé pour une utilisation de longue durée en version PC portable avec la possibilité d'un usage en mode tablette, plus anecdotique. Une configuration qui vous conviendra ou non selon vos besoins.

En mode PC portable, le Surface Book a tenu 11h24 mn à notre test de lecture vidéo en boucle. En mode tablette, l'autonomie monte à peine à 2h51 mn. Deux points sont intéressant à souligner. Le système consomme d'abord la batterie principale du clavier afin de laisser celle de l'écran intacte le plus longtemps possible pour pouvoir utiliser la tablette au bout de plusieurs heures d'activité. La charge se fait en commençant par l'écran puis le clavier.

Nous avons connecté l'écran/tablette en partie déchargée sur le clavier pour voir si ce dernier était capable de le recharger. Hélas... non. Lorsque nous avons voulu la détacher pour vérifier, un message nous indiquait qu'il fallait attendre un peu que la batterie de la tablette soit rechargée. Heureusement, il est possible de brancher directement le câble d'alimentation sur la partie tablette.

Le Surface Book nous semble plus adapté à Windows 10 que la Surface Pro. Le nouvel OS replace au centre l'usage portable et ordinateur de bureau. Le Surface Book penche plus du côté du PC portable. L'usage en mode tablette étant plus optionnelle que sur la Surface Pro. Le Surface Book n'est pas encore le portable ultime, mais il offre des fonctionnalités (écran tactile, stylet, puce graphique en option) dont ne dispose pas le MacBook Pro 13 pouces. Il y a bien quelques incongruités auxquelles il faut un peu de temps pour s'habituer, mais elles sont mineures. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit de la première génération de ce produit.

Les trous fascinent autant qu'ils effrayent, tellement ils sont entourés de mystères. Comme le papillon de nuit est attiré par la lumière, le génie Stephen Hawking est hypnotisé par ce phénomène et tend toujours à faire des théories à ce propos.

Stephen Hawking veut construire un vaisseau interstellaire mais n’en oublie pas ses précieux trous noirs. Ce sont des zones de l’espace-temps qui se forment à la suite de l’effondrement gravitationnel d’une étoile massive, entraînant la création d’un puits sans fond qui engloutit toute chose d’approchant de trop près. La lumière elle-même ne peut leur échapper, c’est dire.La théorie la plus couramment admise par la relativité générale est une destruction pure et simple de tout objet ayant été aspiré. Le souci étant que cette hypothèse viole les lois de la mécanique quantique, aucune matière ne devrait disparaître complètement.Stephen Hawking, dans une récente conférence tenue à l’Université de Harvard, a affirmé que les trous noirs pourraient être des portails vers un univers parallèle. Ce n’est pas la première fois qu’il émet cette hypothèse, particulièrement excitante.

Les astronomes spéculent depuis des années et tendent à croire que les trous noirs ne conservent pas d’ informations sur les étoiles à partir desquelles ils se sont formés. Cependant, ils stockeraient leur charge électrique, la masse… Selon ce postulat, ils emmagasineraient finalement beaucoup d’informations qui ne sont pas visibles d’un point de vue extérieur. Chacun serait unique et rempli de toute une collection de particules, au point de potentiellement aboutir à un univers parallèle.

Crédible ? Après tout, l’on a longtemps cru que la Terre était plate… On doute que quiconque veuille tenter l’expérience, sauf s’il tenait à ce que ses atomes soient compressés et accélérés à la vitesse de la lumière, entraînant fatalement la mort, qu’importe l’univers dans lequel il pourrait atterrir.Les deux tablettes de grande taille d'Apple et Microsoft sont maintenant disponibles. L'occasion rêvée de les placer sur un ring et de constater si elles boxent ou non dans la même catégorie.

A notre gauche, la Surface Pro 4 de Microsoft. Dans le coin opposé, l'iPad Pro d'Apple. Ces deux tablettes ont désormais passé la batterie de tests du labo 01net.com et nous avons souhaité comparer ces deux tablettes qui ont la même ambition : remplacer votre PC portable traditionnel. Ont-elles tout ce qu'il faut pour y parvenir ? Quelle est la meilleure parmi ces deux tablettes géantes ? C'est parti pour notre duel !

L’iPad Pro est beaucoup plus grand que la Surface Pro 4 : 30,6 x 22,06 cm pour la première contre 29,2 x 20,14 cm pour la seconde.Toutefois, la tablette Apple est plus fine et plus légère, deux critères tout à fait déterminants dans le choix d'un appareil nomade. En effet, ce dernier ne doit pas surtout devenir un fardeau au quotidien. Et même si l'écart n'est pas énorme, nous avons mesuré 6,9 mm et 723 grammes pour l'ardoise Apple, contre 8,4 mm et 798 grammes pour le modèle de Microsoft.

Windows 10 pour la Surface Pro 4 et iOS 9 pour l’iPad Pro. L’avantage va clairement à la Surface Pro 4, car celle-ci profite de tous les programmes disponibles pour Windows. Un avantage majeur qui permet de faire (presque) tout ce que l'on désire avec. En face, iOS n'a pas la même flexibilité : le multitâche est moins performant, il n'y a pas d'explorateur de fichiers, ni même de bureau ou glisser ses fichiers.

Cependant, les pointilleux ne manqueront pas de rappeler que si l'on se concentre uniquement sur les magasins d'applications dédiés des deux systèmes, l'App Store propose un choix titanesque comparativement au Windows Store, qui -de fait- paraît bien pauvre. Reste que de nombreuses applications de l'App Store ne sont pas encore optimisées pour son grand écran.

Les diagonales d'écrans sont proches : 12,3 pouces pour la Surface, 12,9 pouces pour l’iPad. Ce dernier prend toutefois légèrement l'ascendant par sa définition d'écran : 2732 x 2048 pixels (soit 265 points par pouce) chez Apple contre 2736 x 1824 pixels (soit 267 points par pouces) chez Microsoft.

Les angles de vision et la technologie d’affichage sont très proches tant en termes de confort d'utilisation que de rendu d’images. Techniquement enfin, les dalles affichent quasiment la même luminosité (404 cd/m2 pour la Surface Pro 4 et 409 cd/m2 pour l’iPad Pro) mais le contraste est bien meilleur sur l’ardoise grande taille d’Apple : 1573:1 contre 1262:1. Cette différence se distingue d'ailleurs à l'oeil nu, ce qui fait la différence et permet à l'iPad Pro d'arracher la victoire sur ce point.

Sur nos trois tests d’endurances (surf, lecture vidéo et polyvalente) l’iPad Pro atomise tout simplement la Surface Pro 4. Entre 8 et 11 heures mesurées pour le grand iPad alors que la quatrième génération de tablette de Microsoft arrive péniblement à dépasser les 7 h 35 minutes au mieux. Des scores qui s’expliquent notamment par la différence de puissance sous le capot.

Ne tournons pas autour du pot : l’iPad Pro embarque une configuration… d’iPad et non d'ordinateur : une puce A9X, 4 Go de mémoire vive et 32 ou 128 Go de SSD. La SP4 est quant à elle équipée de composants PC purs et durs : Intel Core m3, Core i5 ou i7, 4 ou 8 Go de mémoire et de 128 à 512 Go de stockage.Le seul test synthétique pouvant être mené sur les deux plateformes en vue de comparer les résultats est Geekbench. Ce dernier indique que la puissance de calcul mono cœur est légèrement à l’avantage de l’iPad Pro. Mais sur le calcul multicœurs, il ne peut pas lutter avec la puissance du Core i5 d’Intel de la Surface Pro 4.

Enfin, côté connectique, la Surface Pro 4 propose une sortie vidéo mini DisplayPort, un emplacement pour carte microSD et une prise USB 3.0 plein format. Sur l'iPad, il faut se contenter du Lightning et acheter des adaptateurs. Pour la connectique réseau, hormis le Wi-Fi n/ac et le Bluetooth (4.0 pour SP4 ou 4.1 pour iPP), la tablette Apple se démarque avec, sur le modèle haut de gamme, un emplacement pour SIM 4G, complètement absent de l'ardoise Microsoft quelle que soit la version.

Car ici, le but est bien d'exploiter la plateforme technique de l'appareil à travers l'écran, le clavier et les ports de ce Mobile Extender. Il est ainsi très léger, fin et permet là encore de s'éviter les dépenses liées à l'achat d'une machine complète en complément du smartphone.La connexion peut être assurée de manière filaire ou via Miracast, HP misant sur le réseau mobile pour l'utilisation de Workspace en mobilité. Reste tout de même la problématique de l'usage dans des situations un peu complexes comme les trains, où il faudra sans doute se contenter des applications accessibles directement via Continuum.

Néanmoins, il nous a été précisé que la consommation de données serait assez minime. Reste à voir dans la pratique, mais de tels usages ne pourraient être réellement accessibles qu'avec des réseaux mobiles plus matures et mieux déployés. De quoi pousser nos opérateurs à avancer sur la 5G (prévue pour 2020, HP aura donc le temps d'affiner son produit). Bref, l'idée est bonne, l'ensemble est convaincant, et HP montre qu'il arrive encore à proposer des solutions innovantes pour son marché phare : celui de l'entreprise. Mais même si nous avons évacué la question de la communication douteuse des premiers instants, il faudra continuer à creuser pour juger de la pertinence de ce qui est proposé à travers cet Elite x3.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 30-06-2016 à 14h49

 Batterie HP Compaq 6730b Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Nous faisons face à un changement culturel majeur, surtout dans les grandes organisations. Il est impératif de faire comprendre que la digitalisation de l’économie nous concerne aussi. Ce message n’est pas facile à faire passer. Cela implique une remise en cause. De l’organisation, du management, des façons de travailler. Il y a quatre ans, nous avons lancé un plan de transformation.“Il est impératif de faire comprendre que la digitalisation de l’économie nous concerne aussi. Ce message n’est pas facile à faire passer”

Psychologiquement, devant la nécessité de cette remise en cause, certains ont l’impression d’avoir fauté. Mais aucun salarié de Veolia n’a rien fait de mal, c’est le monde qui change, c’est la vie qui change. La principale difficulté est d’accepter qu’il faut changer beaucoup de choses. Une grande entreprise est par définition plus rigide, le fruit du travail des générations précédentes. Nous avons pour mission de l’améliorer de la transmettre. Le fait de devoir beaucoup changer est perturbant. Il faut donc déculpabiliser.

« Vous êtes le premier à l'étrenner », me dit fièrement la responsable du parc automobile de Kia France en me confiant les clés sans contact de ce Kia Soul EV. Avec 8 kilomètres au compteur, ce dernier sort de « caisse ». C'est vrai qu'il a fière allure, ce crossover urbain 100 % électrique dans sa livrée noir et rouge (également disponible en bleu caraïbe/blanc et blanc perle/bleu) et avec ses jantes (16 pouces) au dessin particulier étudié pour l'aérodynamisme. Extérieurement, ce Soul EV se démarque de la version thermique par sa face avant, ses logos « EV », ses feux arrière à leds et un pavillon de toit étudié pour une meilleure pénétration dans l'air.
Présentation
KIA-Soul-EV-Tableau-WEB.jpg Sobre et bien agencé, le tableau de bord de la Kia Soul EV manque cependant de fun.

Une fois dans l'habitacle, on découvre une planche de bord plutôt sobre, avec un bloc central intégrant un écran tactile surmonté de grilles d'aération et d'un indicateur de charge à leds. Aux deux extrémités, des tweeters (audio) viennent coiffer les ouïes des aérations latérales. Le volant intègre sur chaque branche des commandes (musique, assistant vocal, régulateur de vitesse et ordinateur de bord). Seul petit bémol dans ce paysage, cette planche de bord aurait mérité une touche de fun, notamment sur le coloris. Côté confort, tous les sièges sans exception sont chauffants. En revanche, le coffre a été réduit du fait de la présence de la batterie. Néanmoins, ce dernier possède un double niveau dans lequel on trouve le câble de recharge ainsi que le triangle et le gilet.

Le démarrage s'effectue en silence via une pression sur une touche dédiée, puisque la clé fonctionne sur le principe du mode sans contact. Le tableau de bord s'illumine alors avec deux compteurs ronds séparés par un écran faisant office d'ordinateur de bord. Le premier compteur sur la gauche indique l'autonomie théorique de la batterie, la jauge d'électricité et le mode de conduite, tandis que le second renseigne sur la vitesse instantanée. Au compteur de notre Kia Soul EV, l'autonomie de la batterie nous annonce 180 kilomètres, contre 212 kilomètres théoriques (normes NDEC).

Une batterie costaud
Tout comme le SUV ix35 Fuel Cell (pile à combustible) de la marque sœur Hyundai, le Kia Soul EV est une déclinaison de la version thermique. Les ingénieurs de la marque se sont chargés d'électrifier le modèle en apportant de sérieuses modifications. Ainsi, ce Soul EV est doté d'un moteur électrique de 81,4 kW (110 cv) avec un couple de 285 Nm pour une vitesse maximale de 145 km/h. Le 0 à 100 km/h est abattu en 11,2 secondes. Le plus intéressant réside dans la batterie (placée dans le plancher) qui alimente le moteur situé à l'avant. Il s'agit d'une batterie lithium-ion polymère de 27 kWh avec une « forte » densité énergétique de 200 Wh/kg. Habituellement, les voitures électriques embarquent des batteries lithium-ion. Ici, l'avantage réside dans la possibilité de rouler pendant 200 kilomètres d'une seule traite, avec une seule charge. Cependant, la réalité est tout autre.

Finalement, nous avons parcouru une centaine de kilomètres (97 pour être précis) en roulant en ville et sur autoroute. Le Kia Soul EV est plutôt plaisant à conduire avec de franches accélérations, notamment aux feux tricolores. Phénomène accentué si l'on désactive la touche « éco » située au niveau du frein à main électrique. Mais dans ce cas-là, l'autonomie en prend un coup.
KIA-SOUL-EV-Mode-WEB.jpg Le mode Drive sur l'image du haut et le mode Brake (surbrillance verte) sur la partie inférieure. Ce dernier mode permet d'amplifier la récupération d'énergie au freinage.

Idem, avec le déclenchement de la climatisation qui impacte l'autonomie annoncée, malgré la présence d'une pompe à chaleur et de la commande « Driver only » permettant de réchauffer uniquement la zone du conducteur. Heureusement, on peut compter sur la récupération d'énergie lors des freinages avec notamment le mode « B » (Brake), sélectionnable depuis la boîte automatique. Ce mode permet, contrairement au mode « D » (Drive), de rendre le frein moteur plus fort et donc d'augmenter la récupération d'énergie. Également disponibles, trois modes de conduite : Normal, Confort et Sport.

Revenons sur la consommation électrique. L'activation de la touche « EV » sur la console centrale affiche sur l'écran tactile la consommation électrique du système de conduite, de la climatisation et de l'électronique embarquée. Toujours à l'écran, le mode « éco » à huit niveaux permet, selon votre type de conduite, de « fabriquer » un arbre virtuel. Plus vous roulerez « proprement », plus le feuillage de votre arbre virtuel prendra des couleurs. Un système similaire, cette fois illustré par des sapins, existe sur la Nissan Leaf et l'on se prend vite au jeu. Autre fonction, la « distance parcourable » donne une vision par cercle (vert et rouge) de la « zone accessible » en fonction de l'autonomie restante. En cas de doute, les stations de recharge s'affichent selon leur accessibilité par des symboles de couleurs.

Arrive le moment de la recharge. Le Kia Soul EV dispose d'une trappe à l'avant, dont l'ouverture est actionnée depuis l'habitacle. Derrière celle-ci, deux prises : une recharge rapide (30 minutes) et une normale. C'est la seconde que nous avons utilisée en la branchant sur une prise domestique. À l'intérieur, sur la planche de bord, un indicateur à trois leds de charge s'illumine en bleu.

L'autonomie restante était alors de 83 kilomètres soit 47 % de batterie. Temps de charge estimé : 9h20 pour « remplir » les 53 % manquants. Notre wattmètre a enregistré une consommation de 18,71 kWh pour ces 53 %, soit 35,3 kWh pour atteindre 100 %. En se basant sur 0,14 centimes le kWh, les 100 kilomètres reviennent 3,16 €. À titre de comparaison, les 100 kilomètres sur la BMW i3 nous avaient coûté 2,28 € et 4,34 € avec la Tesla Model S.

On est bien loin des 212 kilomètres annoncés, mais plutôt sur une autonomie moyenne de 150 à 190 kilomètres, conditionnée selon le type de conduite et selon que l'on opte ou non pour le mode « éco » et l'utilisation de la climatisation. Il faut savoir que cette dernière est programmable lorsque la voiture est en charge.
L'écran de 8 pouces de la Kia Soul EV affiche une définition de 800 x 480 px, un peu légère, mais suffisante avec un recul de plus de 50 cm. La bonne surprise vient du calibrage : les couleurs sont fidèles (Delta E moyen à 2,6), la courbe de gamma est parfaite (moyenne à 2,2) et même la température moyenne est idéale avec une moyenne mesurée à 6 330 K. Cette dalle IPS offre en plus des angles de vision très larges, ce qui permet au conducteur et au passager d'avoir la même image sans variation gênante. Technologie IPS oblige, le contraste est un peu faible, puisqu'il ne dépasse pas les 830:1, mais cela n'est pas handicapant pour un écran de voiture où le critère le plus important reste la luminosité maximale. Justement, sur ce point l'écran s'en sort très bien. Avec une luminosité maximale mesurée à 571 cd/m², l'écran de la Kia est parfaitement lisible en plein jour. Sans parler de la taille, il vient même concurrencer l'écran en technologie VA de la Tesla Model S.
Le Kia Soul EV intègre un système audio composé de 6 haut-parleurs couplés à un amplificateur externe. Toutefois, aucune trace de la marque Infinity qui équipe les versions thermiques haut de gamme de ce modèle. Kia a pris le soin de placer subtilement les tweeters sur la partie supérieure des ouïes de ventilation latérales. Quant aux boomers, ils sont entourés d'un liseré lumineux que l'on peut activer ou non ; liseré qui s'éclaire au rythme de la musique que l'on écoute.

L'interface accessible depuis l'écran tactile est bien conçue et intègre les éléments nécessaires tels que : balance, graves, médiums, aigus et adaptation du volume en fonction de la vitesse. On peut aussi souligner le fait que la radio DAB (numérique) est intégrée nativement à ce système. Côté connectique, on retrouve une liaison Bluetooth, un port USB qui détecte directement le téléphone et un port mini-Jack 3,5 mm pour lire les fichiers audio lossless (type Flac).
À l'écoute, l'ensemble du spectre audible est plutôt fidèle et détaillé, avec des médiums bien présents permettant de retranscrire des voix intelligibles sans la moindre déformation. Les aigus sont bien retransmis et les sifflantes (sons en 's', 'f', 'tss'…) sont maîtrisées. Le seul bémol, concerne les basses qui sont un peu en retrait avec un rendu un peu trop mou. La puissance totale offerte par ce système est très élevée, mais manque de contrôle avec l'apparition de distorsion. Enfin, le rendu stéréophonique est très correct, même s'il manque légèrement de profondeur.

Concernant le kit mains libres, il fonctionne très bien à l'arrêt, mais l'écoute devient très pénible pour l'interlocuteur une fois que la vitesse atteint les 40-50 km/h. On ressent une sensation d'échos avec un son qui semble lointain.
Cette Kia Soul EV ne laisse pas de marbre : on aime ou on n'aime pas. Pas de demi-mesure. Avec sa bouille de « Kei-Car » (gamme de voitures japonaises au gabarit réduit), cette Kia est une bouffée d'air frais dans l'univers des voitures électriques. Elle n'est pas spécialement aérodynamique, mais elle reste fonctionnelle et efficace. Le revers de la médaille, son prix d'achat : de 35 400 € à 36 900 € pour le modèle Ultimate. Avec le bonus écologique (6 300 €), le ticket d'entrée passe à 29 100 €. Cela reste toujours plus cher qu'une Nissan Leaf (22 900 €). Reste un atout majeur face à la concurrence : le Kia Soul EV, comme toutes les Kia, est garanti 7 ans ou 150 000 kilomètres !
Parmi la multitude d'ordinateur portables disponibles sur le marché, les Chromebook représentent une bonne alternative en entrée de gamme. Les constructeurs se battent pour faire sortir leurs machines du lot et Acer pourrait bien y être parvenu avec son Acer Chromebook 14 et ses... 14 heures d'autonomie.

Le Acer Chromebook 14 est le premier modèle proposant un châssis entièrement en aluminium – le tout pour 1,55 kg -. Le design en lui-même n’a rien de surprenant, il reprend peu ou prou celui du MacBook Pro. L’écran, lui, est une dalle IPS de 14 pouces, disponible en 1080p ou en 1366×768 pixels – c’est d’ailleurs cette version qui peut atteindre les 14 heures d’autonomie, il faudra se contenter de 12 heures avec l’écran 1080p -.Pour 299$ seulement, le Acer Chrombeook 14 pourrait être vôtre – si l’écran 133×768 ne vous rebute pas -. Il faudra aussi, pour ce tarif, vous contenter de 2 Go de RAM. Il est cependant possible de monter jusqu’à 4 Go.

Toutes les tarifications n’ont pas encore été dévoilées mais Amazon US a déjà référencé un modèle offrant un processeur Intel Celeron à 1,6 GHz, un écran IPS 1080p, 32 Go de stockage et 4 Go de RAM pour 299$. Les précommandes sont d’ailleurs ouvertes. À suivre !"Le bonheur, c'est simple comme un coup de fil". Au milieu des années 80, c'est avec ce slogan que France Télécom incitait la France à téléphoner. Rien de plus facile en effet, il suffisait de s'être abonné et d'avoir branché son téléphone sur sa prise murale. Enfantin et populaire.

Dans quelques années, avant de pouvoir nager dans le bonheur en passant un coup de fil, il faudra au préalable avoir investi dans une box ADSL, du type de celle qu'on utilise pour se connecter à internet ou pour regarder la télévision.À l'instar de cette dernière, qui a définitivement enterré l'analogique au profit de la TNT, le téléphone s'apprête à clore sa révolution numérique. Orange, ex-France Télécom, prépare en effet la mort du téléphone filaire lambda.Encore 13 millions de Français l'utilisent
L'Arcep, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a précisé, dans un communiqué, qu'elle ne s'opposera pas à la décision d'Orange.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 30-06-2016 à 14h55

 ASUS A55 バッテリー Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

前述の通り、今回試用したモデルはSIMフリーのモデルで、格安SIMを使って通信ができる。対応バンドはLTEが1/3/19/21、3Gはバンド1/6/19で、NTTドコモの主要なバンドをカバー。手持ちのIIJのデータ専用SIMカードを挿してみたところ、問題なく通信できた。また、スタンバイ時でも断続的に通信を行い、メールやオンラインのスケジュールを常に最新の状態にしておける「Instant Go」にも対応する。

LAVIE Hybrid ZEROの11.6型モデルには、オプションで「フラットカバーキーボード」(型番は「PC-VP-KB37)が用意されている。カバーとしても使える薄型・軽量キーボードで、重量は約187gしかない。本体と合わせても約597gだ。厚さも12mm未満と薄さを損なうこともない。薄くするために、キーには携帯電話(ガラケー)のボタンに用いられているメタルドームスイッチタイプを採用。打鍵感があり、軽いタッチでタイピングできるが、「Space」キーや「Enter」キーなどの大きなキーは、スイッチが複数あり、その間を押してしまって上手く認識されないときもあった。また、タッチパッドがないので、画面をタッチして操作するかマウスを使わなければならない。キーボード付きで600gを切るのは素晴らしいが、入力性を重視するなら付属のキーボードを使ったほうがよさそうだ。投影距離は0.2~3mで、投影サイズは20~100インチ。スピーカー出力は1.0W(モノラル)。オプションとして、携帯に便利な折りたたみスクリーン「Smart Beam Screen」も同時発売する。
5.2mmの超狭額ベゼルを採用し、一般的な11インチノート並みの筐体(およそ幅304×奥行き200×高さ9-15mm)に13.3インチ液晶ディスプレーを搭載したデルのモバイルノート『New XPS 13』。10月20日には第6世代Coreプロセッサー(コードネーム:Skylake)を搭載し、OSをWindowsに刷新した最新モデルが販売開始となり、さらなる話題を呼んでいる。

 モバイルノートPCを評価する際、重要な要素として挙げられるのがバッテリー性能。長時間駆動する製品なら、外出や会議などの際に電源アダプターやノートPC用モバイルバッテリーをあわせて持ち歩く必要もないなど、PCの利便性や使い勝手を大きく左右する部分と言っていいだろう。近年はリチウムイオン電池の進歩はもちろん、CPUの省電力化など、PC全体の消費電力が徐々に低減されていく傾向にあり、相対的にノートPC全体の駆動時間は上がってきた。とは言え、一日中持ち歩けるノートPCはまだまだハイエンドな製品が中心だ。

 「一日中持ち歩ける」の定義は難しいが、長時間駆動の製品が欲しい場合、だいたい6時間~8時間以上の駆動時間を確保した製品を選ぶのが無難と言えるだろう。それを踏まえ、New XPS 13 プラチナ・QHD+タッチパネル・ゴールドのバッテリー駆動時間をベンチマークソフト『BBench』で計測した。 BBenchの設定は「60秒間隔でのWeb巡回」と「10秒間隔でのキーストローク」とし、New XPS 13側の設定は電源プランが“バランス”、液晶輝度は50%としている。

 結果を見てみると、26920秒=約7.5時間経過した時点で電源が残り5%となり、スリープ状態に移行している。これだけの駆動時間が確保できれば、ビジネスで数時間電源の取れない場所にいても問題ないはずだ。New XPS 13 プラチナ・QHD+タッチパネル・ゴールドは、高性能かつ駆動時間の長いノートPCを求めている人には非常によい選択肢と言えるだろう。

HZ330/DASは、カタログスペック通り、超軽量なWindowsタブレットであることがわかった。筆者は約1kgの13.3型の他社製のモバイルノートを持ち歩くことが多いが、本モデルを使ったあとだと、ずいぶん重く感じてしまう。基本スペックも高く、付属のキーボードの使い勝手も悪くない。気になるのは本体のバッテリー駆動時間が短いことだが、キーボードといっしょに使えば、その問題も解消される。残念なのは、Windows 10にはタッチ対応の魅力的なアプリが少ないこと。タブレットとして使える軽さを実現していても、アプリがないと、使い道が限られてしまう。

悩ましいのは同じLAVIE Hybrid ZEROの13.3型モデルも、11.6型モデルと同じくらい軽いことだ。タッチ非対応の「HZ550/DAB」は、13.3型の高解像度な液晶を搭載しつつ、約779gとキーボード込みのHZ330/DASよりも軽い。しかも、CPUにCore i5-6200Uを搭載しており、性能も高いので、実に悩ましい選択になりそうだ。実用度は13.3型のほうが高そうだが、持ち歩く頻度が高ければコンパクトでLTE対応のHZ330/DASのほうが満足度は高そうだ。

 リチウムイオンバッテリは、輸送の衝撃などにより不具合が発生すると発火に繋がることがある。今回の措置は、安全な航空のため航空機製造会社やパイロット組合などからの要望を受けてもの。ICAOでは、2018年までに、リチウムイオンバッテリの製法の基準について検討を続けるが、暫定措置として、2016年4月1日より適用される。

 対象となるのは単体のリチウムイオンバッテリで、ノートPCなど個人の電子機器に内蔵され、手荷物として持ち込むものは除外される。

Needさん、バッテリーはだんだん弱くなりますし、寿命もあります(寿命はだいたい3年ほどですが、最新のノートパソコンならもっと長いかも...)。あなたのノートパソコンのバッテリーがどのような状態かはわかりかねますが、以下に有用なツールを紹介するので、試してみてください。

■バッテリーのテストとモニタリング:Windows編
以前ご紹介した『Battery Eater』は、負荷テストをしてバッテリーのもちを計測してくれる無料のWindowsツールです。もし、計測された値より実際のもちが悪いようなら、後述のバッテリーのもちをよくする方法を試してみてください。
110725-batteryeater.jpg
ライフハッカー読者の中には『BatteryBar』を勧める人もいます。これは、無料版とPro版があり、タスクバーに常駐するタイプのプログラムです。バッテリー残量を表示するとともに、充電と放電の履歴も記録するので、バッテリーの残り時間の予測に使えます。

■バッテリーのテストとモニタリング:Mac編
Macなら、以前もご紹介したように、「アプリケーション>ユーティリティ」にある「システムプロファイラ」が使えます。「ハードウェア」セクションにある「電源」でバッテリーに関する情報をチェックしましょう。
Macノートのバッテリーのモニタリングには、『iStat Menus』をオススメします。このアプリはバッテリーの詳しいステータス情報だけでなく、OS Xの詳細なシステム情報も表示してくれます。
もしバッテリーのもちが半分になってしまったら、リキャリブレーション(下記参照)を試してみましょう。25%を切るようであれば、バッテリーの交換を検討してください。もちろん、古くなったバッテリーは交換が必要です。

■バッテリーのリキャリブレーション
リキャリブレーション(キャリブレーション)をすれば、バッテリーのもちを回復させられるかもしれません。以前米Lifehackerが紹介している通り、まずノートパソコンをスリープ状態になるまで放置してから、バッテリーをフル充電します。次に、完全に放電します。そして、またフル充電してください。アップルは、ノートパソコンの使い始めと数カ月おきに、キャリブレーションすることを薦めています。
Windowsユーザーは『BatteryCare』が使えます。このツールは、放電状況をモニターするだけでなく、キャリブレーションすべきタイミングも教えてくれます。Macユーザーには『Watts』($6.95)があります。このツールは、キャリブレーション履歴の管理に加え、「Growl」での通知やキャリブレーションのアシスト機能を備えています。
ここまでやれば十分と思うかもしれませんが、バッテリーをさらに長持ちさせたいなら、次のことを試してみましょう。省エネモードに切り替える、スクリーンの輝度を下げる、ノートパソコンを冷却する、「休止状態」を使うなどです。さらに詳しく知りたい方は、こちらも参照してみてください。幸運を祈ります!
スマートフォンやタブレットをヘビーに使いこなしているユーザーは、いまだにバッテリー切れに悩まされているだろう。昔に比べると駆動時間は延びているし、カフェなどでも充電できるケースが増えているものの、出張先などでは困る場面が少なくない。

 ここ最近、モデルバッテリー製品の数は驚くほど増えていて、競争は激化中だ。それぞれのバッテリーは用途に合わせて作られているので、1つですべてを賄えるわけではない。ということで、今回はシチュエーション別に使い分けたいバッテリー3製品を紹介する。 製品選びのポイント以下の3つだ。なお、バッテリーの実充電量などのテストはしていないので、あくまでもカタログ値をベースに話を進めている。自称「驚安の殿堂」ことドン・キホーテが、自社ブランド『情熱価格』の小型デスクトップPC『ワリキリPC』を発表しました。文庫本サイズで約350gの小型筺体に4コアAtom や 2GB RAMを載せ、Windows 10 Home が動きます。

なぜか13時間駆動のバッテリーも内蔵し、起動したまま部屋から部屋へ持ち運べる点も特徴です。発売は12月11日から、価格は1万9800円(税別)。ワリキリPCの仕様はインテル Atom Z3735Fプロセッサ(4コア1.33GHz)、2GB RAM、ストレージはeMMC 32GB。ポート・スロット類はSDXC対応 microSDスロット、USB 2.0 x2、マイクロUSB x1、ヘッドホン出力、ミニHDMI出力。無線は802.11b/g/n と Bluetooth 4.0を内蔵します。

ドン・キホーテいわく、「必要最小限の機能とアクセサリーに特化すると割り切ることで、驚安(きょうやす)価格19800円(税別)を実現したパソコンです」。メーカーが想定する用途はウェブ閲覧や動画再生、メール、Word / Excel / PowerPoint (文書の閲覧)など。さすがにMicrosoft Office は付属せず、キングソフトOfficeが付属します。

Z3735F や2GB RAM、32GB ストレージといった仕様は、昨年末から今年にかけての安価なWindowsタブレットPCや、インテルのHDMI直挿しスティック型PC『Compute Stick』と同じ。1万9800円は同じクラスのプロセッサを載せたWindows 10 PCやタブレット比較して驚くほど安いわけではありませんが、全国どこの店頭でも買える店舗ブランド品としては妥当に安い部類です。

保証は標準で1年、ドンキのプリペイドカード Majicaの会員ならば2年。ドンキの「家電ソムリエ」が年中無休12時〜24時の専用ダイヤルでサポートします。

なぜか結構な駆動時間のバッテリーを内蔵する点は、一瞬電源が切れると終わるデスクトップPCよりもノートに慣れた人、そもそも電池内蔵のスマホやタブレット感覚のユーザーには良いかもしれません。
Morris氏が7月14日(米国時間)付けで投稿した記事によると、Windows版Chromeにはシステムをアイドル状態にさせないバグがあるという。具体的には、Windowsではシステムクロックティックレートと呼ばれるシステムをアクティブ状態に復帰させるタイマーがあり、アイドル時ではこれが15.625msにセットされる。つまり、システムはアイドル時には15.625msに1度しかアクティブにならず、その間は消費電力を落としている。

 これに対し、Chromeは、起動するやいなや、システムがアイドルであってもこのレートを常時1msにセットするのだという。つまり、Chromeが起動すると、通常の約15倍頻繁にシステムがアクティブになるのだ。Microsoftの試算によると、システムクロックティックレートが1msになると、通常の15.626msの場合より電力を25%も多く消費する。実際Morris氏が試したところ、アイドル時の消費電力が通常12~15Wのシステムが、Chromeを起動すると、何も操作していなくても15~20Wに跳ね上がったという。

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 01-07-2016 à 02h09


|<< <<<  1  | 2 |  3   4   5   6   7   8   9   10   11   12  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 25-06-2016 à 04h02 | Mis à jour le 09-06-2017 à 02h40 | Note : Pas de note