Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

RETROUVE3

Acheter Batterie ordinateur portable Asus , Asus AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-asus.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable Asus , AC Adaptateur Asus de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!

Acheter Batterie ordinateur portable Dell , Dell AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-dell.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable Dell , AC Adaptateur Dell de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!

Acheter Batterie ordinateur portable HP , HP AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-hp.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable HP , AC Adaptateur HP de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!

Acheter Batterie ordinateur portable Acer , Acer AC Adaptateur | batterie-tech.com
http://www.batterie-tech.com/batterie-ordinateur-portable-acer.html
Batterie-tech.com offre Batterie ordinateur portable Acer , AC Adaptateur Acer de haute qualité , Prix bas, 1 ans de garantie, Satisfait Remboursé 30 jours!
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5720
- Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5720
- Akku für HP HSTNN-DB02
- Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5542
- Akku für Lenovo ASM 42T5226
Sommaire

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
01020304
05060708091011
12131415161718
19202122232425
2627282930
<< Juin >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter retrouve3 à vos favoris
 Akku für HP HSTNN-DB02 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Mit der Videofunktion lassen sich Kurzfilme im Format 320 x 240 bei 15 Bildern pro Sekunde festhalten. Die Soundwiedergabe wird durch das eingebaute Mikrofon und einen Lautsprecher ermöglicht. Die Kamera speichert auf SD-Karten und wird mittels Lithium-Ionen-Akku mit Strom versorgt. Der Akku soll für rund 140 Fotos gut sein, bevor er wieder aufgeladen werden muss. Die Kommunikation mit Druckern und Computern wird per USB-1.1-Schnittstelle erledigt. Ein TV-Anschluss ist ebenfalls vorhanden. Die Acer CR-5130 misst 94 x 63 x 35 mm und wiegt 210 Gramm. Vom mitgelieferten Zubehör könnte sich so mancher andere Hersteller eine Scheibe abschneiden: Immerhin liegt eine 64 MByte große SD-Card sowie eine Schutzhülle aus Leder bei. Die CR-5130 soll 199,- Euro kosten.

Acer CS-5530 Mit der Acer CS-5530 hat der Hersteller eine recht flache 5-Megapixel-Kamera im Programm. Auch hier ist wieder ein 3faches Zoom eingebaut, die Anfangsblendenöffnungen betragen F2.8 bzw. F4.8. Im Unterschied zur 5130 kommt hier ein TFT mit 2,5-Zoll-Diagonale und 201.096 Pixeln Auflösung zum Einsatz. Die Kamera kann Filmaufnahmen mit 640 x 480 Pixeln Auflösung bei 15 Bildern pro Sekunde anfertigen und mit ihrem etwas schwächeren Akku nur 100 Bilder schießen. Neben einer Programmautomatik gibt es auch bei diesem Modell eine Blenden- sowie Zeitvorwahl oder die Möglichkeit, manuell zu arbeiten. Eine USB-1.1-Schnittstelle sowie ein TV-Anschluss sind ebenfalls vorhanden.Die Kamera misst 89 x 55 x 24 mm und wiegt 180 Gramm. Auch hier ist wieder eine 64-MByte-SD-Card im Lieferumfang enthalten. Für die Kamera werden 279,- Euro fällig.

Acer CR-6530 Mit einer Auflösung von 6 Megapixeln kommt die Acer CR-6530 daher. Auch hier gibt es ein 3fach-Zoom mit Anfangsblendenöffnungen von F2,8 bis F4,7. Die Kamera verfügt über ein 2,5 Zoll großes Display mit einer Auflösung von 201.096 Pixeln und nimmt Videos mit 320 x 240 Pixeln bei 15 Bildern pro Sekunde auf. Die Kamera arbeitet wahlweise mit einer Programmautomatik, mit Blenden- sowie Zeitvorwahl oder manuell. Der mitgelieferte Akku soll pro Ladung für ungefähr 140 Bilder gut sein. Die Kamera misst 94 x 63 x 35 mm und wiegt 210 Gramm. Den Anschluss an den Computer übernimmt auch hier eine USB-1.1-Schnittstelle, den Anschluss an den TV kann man mit einer entsprechenden Buchse an der Kamera und dem mitgeliefertem Kabel durchführen.Im Lieferumfang der CR-6530 ist wie bei allen drei Acer-Geräten eine 64 MByte große SD-Card enthalten. Die 6-Megapixel-Kamera soll genau wie die CS-5530 279,- Euro kosten. Die Digitalkameras von Acer werden mit zweijähriger Garantie ausgeliefert.

Olympus ist jetzt zumindest in Asien mit dem eigenen Markennamen in den PDA-Markt eingestiegen und bietet mit dem R1000 einen PDA an, der in einer WindowsCE- und einer Linux-Embedded-Ausführung zu haben sein wird. Das Gerät zeichnet sich vor allem dadurch aus, dass es gegen die Widrigkeiten des Alltags durch seine besonders stoßfeste Hülle gewappnet sein soll. Olympus R1000 Nach Angaben von Olympus soll der PDA gar einen Sturz aus 1,20 Meter Höhe auf Beton schadlos überstehen. Nach der Industrienorm IP54 Kategorie II ist er zudem wasser- und staubfest konstruiert. Der R1000 bietet ein transflektives TFT-Touchscreen mit einer Auflösung von 320 x 240 Pixeln und maximal 65.536 Farben. Je nach Ausstattung verfügt der PDA über 64 oder 128 MByte RAM und 64 oder 256 MByte ROM. Als Prozessor kommt ein Freescale MXL zum Einsatz, dessen Taktrate der Hersteller leider nicht angab.Olympus R1000 Der R1000 bietet außerdem Bluetooth, ein WLAN-802.11b-Modul sowie eine Infrarotschnittstelle. Dazu kommen Lautsprecher, Mikrofon sowie Audio-Ein- und Ausgangsbuchsen. Einen Speicherkarten-Slot besitzt das Gerät nach den vorliegenden Datenblättern nicht, so dass sich der integrierte Speicher nicht ohne weiteres aufrüsten lässt.

Der eingebaute Lithium-Polymer-Akku soll nach Angaben des Herstellers eine Laufzeit von bis zu zwölf Stunden ermöglichen. Vorsichtigerweise lies Olympus verlauten, dass durch die Funk-Übertragungstechniken die Akkulaufzeit auch geringer ausfallen könne, so dass hier von einem eher theoretischen Maximalwert ausgegangen werden muss.Olympus R1000 Durch die Verwendung von nichtflüchtigem NandFlash-Speicher soll die Datenspeicherung permanent möglich sein, auch wenn der Akku erschöpft ist. Obwohl das Gerät für raue Umgebungen konstruiert wurde, besticht es durch ein geringes Gewicht von 180 Gramm und PDA-üblichen Abmessungen von 13,2 x 7,6 x 1,6 cm.Olympus Singapur bietet den R1000 sowohl mit WindowsCE. Net 4.2 als auch mit Embedded Linux an. Das Gerät wurde derzeit nur in Asien angekündigt - über Pläne, das Erstlingswerk auch in Europa anzubieten, ist derzeit noch genauso wenig bekannt wie über den Preis. (von Tim Kaufmann)

Acer bringt mit dem TravelMate 4600 eine aktualisierte Version seines Business-Notebooks auf den Markt, das nun mit der neuen Intel-Centrino-2-Technologie ausgestattet ist. Das Notebook ist als mobiler Desktop-Ersatz für Anwender kleiner, mittelständischer und großer Unternehmen konzipiert und wird mit Pentium-M-Prozessoren sowie einem Intel-915GM/915PM-Express-Chipsatz mit 533 MHz FSB ausgeliefert. TravelMate 4600 Die Travelmates der 4600er-Serie gibt es mit klassischen 15-Zoll-TFTs mit 1.400 x 1.050 Pixeln Auflösung oder mit einem 15,4-Zoll-Breitbildschirm mit 1.280 x 800 Pixeln.Der Arbeitsspeicher besteht aus DDR333-RAM und ist standardmäßig je nach Modell 512 bzw. 1.024 MByte groß und auf maximal 2 GByte über zwei soDIMM-Steckplätze aufrüstbar. Die Rechner sind mit ATA-100-Festplatten bis maximal 80 GByte sowie je nach Systemkonfiguration mit DVD/CD-RW-Combo- oder DVD-Dual-Laufwerken ausgerüstet.Die Geräte sind je nach Ausstattung mit der integrierten Grafiklösung Intel 915GM mit bis zu 128 MByte VRAM oder mit einer ATI Mobility Radeon X600 mit 64-MByte-eigenem VRAM ausgerüstet. Wie viele Acer-Notebooks verfügt auch dieses Gerät über eine leicht nach hinten gewölbte Tastatur, die der natürlichen Handhaltung entgegenkommen soll.

TravelMate 4600 Die Notebooks verfügen über Gigabit-Ethernet, ein 56K-Modem sowie WLAN nach 802.11b/g. Bei den Schnittstellen sind 3x USB 2.0, Infrarot, VGA, S-Video-Out, Firewire sowie ein PC-Card-Slot des Typs II vorhanden. Darüber hinaus sind analoge Audio-Ein- und -Ausgänge und ein 4-in-1 Kartenleser für SD-Cards, MMC sowie Memory Stick (Pro) vorhanden.Der 65 Watt starke Lithium-Ionen-Akku soll eine Laufzeit von 4 Stunden ermöglichen. Das Laden im Betrieb soll 3,5 Stunden dauern, die Schnellladung bei ausgeschaltetem Rechner 1,5 Stunden.Das Acer Travelmate 4600 misst 364 x 279 x 33,9 bzw. 38,9 mm und wiegt als 15-Zoll-Gerät 2,91 kg. Das Breitbild-Modell bringt mit 2,95 kg unwesentlich mehr Gewicht auf die Waage.Mit den Latitude D410, D610 und D810 hat Dell drei neue Business-Notebooks vorgestellt. Das Latitude D410 ist ein besonders kleines und leichtes Gerät, während Dell selbst das Latitude D610 als Notebook für den Mainstream bezeichnet. Das Latitude D810 ist das neue Flaggschiff der Notebook-Reihe. Doch der Reihe nach: Das Latitude D410 gibt es mit dem Intel Pentium M 730 (1,60 GHz), 750 (1,86 GHz) und 760 (2 GHz), jeweils mit 2 MByte großem Cache. Das kleine Notebook verfügt über einen 12,1-Zoll-Bildschirm mit 1.024 x 768 Punkten Auflösung und eine integrierte Grafiklösung von Intel (GMA 900). Bei Bedarf kann der 915-GM-Chipsatz des D410 bis zu 128 MByte Systemspeicher für Grafikzwecke zuweisen. Das Gerät kann auf bis 2 GByte RAM aufgerüstet werden.

Der D410 ist je nach Konfiguration mit einer 30, 40, 60 oder 80 GByte großen Festplatte, einem CD-ROM-Laufwerk, einem DVD-Laufwerk oder einem CD-Brenner, einem CD-RW/DVD-ROM-Kombinationslaufwerk oder einem DVD-Brenner ausgerüstet.Das Subnotebook bietet drei USB-2.0-Anschlüsse, einen VGA-Augang sowie einen Steckplatz für eine PC-Card (Typ I oder Typ II), Gigabit-Ethernet, ein Modem sowie Audio-Ein- und -Ausgänge und einen Infrarot-Port.Es misst 31,9 x 278 x 238 mm und bringt nur 1,72 kg auf die Waage. Neben dem Standardakku mit 53 Wh gibt es noch einen 80-Wh-Akku. Zur Akkulaufzeit wurden keine Angaben gemacht. Optional kann das Notebook mit Trusted-Platform-Module-Chip ausgestattet werden.Das Dell Latitude D410 ist ab 1.399,- Euro zzgl. Versand erhältlich. Darin enthalten sind ein Intel-Pentium-M-Prozessor mit 1,6 GHz, eine Centrino-Wireless-Karte (Intel Pro Wireless 2200), ein integrierter 10/100/1.000-Gigabit-Ethernet-Controller, ein V.92-Modem, 512 MByte DDR2-Systemspeicher mit 400 MHz und ein 12,1-Zoll-XGA-Display (1.024 x 768). Hinzu kommen eine Intel-Graphics-Media-Accelerator-900-Grafiklösung, eine 40-GByte-Festplatte, ein DVD/CD-RW-Laufwerk und ein integrierter SmartCard-Leser.

Das Dell Latitude D610 ist ebenfalls mit Intel-Pentium-M-Prozessoren ausgerüstet. Es gibt den D610 mit Intel Pentium M 750 (1,86 GHz) und 760 (2 GHz) sowie mit einem 14-Zoll-Display mit einer Auflösung von 1.024 x 768, integrierter Intel-Grafiklösung GMA 900 mit Shared-Memory oder in einer Modellvariante mit 1.400 x 1.050 Pixeln sowie mit ATI Mobility Radeon X300 samt 64-MByte-eigenem Speicher.Das Gerät ist mit 512 MByte DDR2-Systemspeicher ausgestattet und kann ebenfalls auf 2 GByte aufgerüstet werden. Darüber hinaus bietet Dell auch hier verschiedene Festplatten- und Laufwerksoptionen an. Das Notebook kann zumindest im US-Shop mit Festplatten mit Kapazitäten von 30, 40, 60 und 80 GByte geordert werden.Das Gerät gibt es mit einem Standardakku mit 32 Wh sowie einem Stromspender mit 53 Wh. Auch ein optionaler zweiter Akku in Lithium-Polymer-Technik ist anstelle des optischen Laufwerks nutzbar. Die Akkulaufzeiten teilte Dell leider nicht mit.Mit an Bord sind eine WLAN-Funktion (Intel Pro Wireless 2200), ein integrierter 10/100/1.000-Gigabit-Ethernet-Controller, ein V.92-Modem, ein PC-Card-Slot, ein SmartCard-Leser, 4x USB 2.0, S-Video Out, VGA sowie diverse Ton-Anschlüsse.

In einer Beispielkonfiguration mit Intel-Pentium-M-Prozessor mit 1,6 GHz kostet das Gerät 1.099,- Euro zzgl. Versand. Darin enthalten sind 512 MByte DDR2-Systemspeicher, ein 14,1-Zoll-XGA-Display (1.024 x 768 Pixel), eine Intel-Graphics-Media-Accelerator-900-Lösung, eine 30-GByte-Festplatte sowie ein DVD/CD-RW-Laufwerk. Der D610 misst 34,3 x 312 x 262,2 mm und wiegt 2,1 Kilogramm. Im deutschen Dell-Shop ist es noch nicht zu finden.Das Highend-Notebook Dell Latitude D810 gibt es mit Intel Pentium M 740 (1,73GHz), 750 (1,86 GHz), 760 (2 GHz) und 770 (2,13 GHz). Hier kann man gleich unter drei LCDs auswählen: 15,4-Zoll-Breitbild mit 1.280 x 800 Pixeln, ein Breitbildschirm mit 1.680 x 1.050 Bildpunkten und zu guter Letzt ein Display mit 1.920 x 1.200 Pixeln. Als Grafiklösung kommt eine ATI Mobility Radeon X600 mit eigenem, 128 MByte großem Speicher zum Einsatz. Das Gerät kommt mit maximal 2 GByte RAM daher und arbeitet mit dem Intel-915PM-Chipsatz.

  1. http://yourpot.com/users/retrouve3/blog.aspx
  2. http://blogcity.jp/page.asp?idx=10057051
  3. http://retrouve3.gratisblog.biz/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 09-06-2017 à 02h28

 Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5720 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Microsoft aurait pu l’appeler Nautilus en référence à Vingt milles lieus sous les mers de Jules Verne. Mais le projet d’un datacenter sous-marin a reçu le nom de code, Natick. Cette initiative est née en février 2013 avec la publication d’un article rédigé par Sean James, un employé de Microsoft et ancien de la Navy. L’objet de son document : la création d’un datacenter sous-marin. Il n’aura pas attendu longtemps pour que son idée retienne l’attention d’un responsable de la firme de Redmond, Norm Whitaker, ancien de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency). En 2014, il réunit une équipe au sein de l’unité New Experiences and Technologies (Next) pour lancer le projet Natick.Pendant plusieurs mois, cette équipe va mettre au point une capsule capable d’accueillir les équipements informatiques. Fruit de ce travail, un premier prototype a été créé et baptisé Leona Philpot, en l’honneur d’un personnage du jeu Halo sur Xbox. Cette capsule est un caisson comprenant des échangeurs thermiques où le rack informatique baigne dans de l’azote pressurisé. Cette capsule est un modèle pour l’Internet des objets avec pas moins de 100 capteurs pour mesurer le taux d’humidité, la salinité, la pression, le dégagement de chaleur, la prévention de panne, etc.

En août 2015, Microsoft a testé in situ le prototype en l’immergeant à une dizaine de mètres de profondeurs pendant 105 jours dans l’océan Pacifique au large de la Californie (San Luis Obispo). Des batteries de test ont été menées pendant cette période et le module une fois remonté a été rapatrié à Redmond pour des analyses complémentaires.Ce premier essai concluant a permis à Microsoft de lancer la construction de trois autres capsules. D’autres essais sont par ailleurs prévus l’année prochaine en Floride et en Europe du Nord. Derrière ces tests, Microsoft essaye de valider différentes solutions technologiques pour ces conteneurs. Parmi elles, l’alimentation fournie à la capsule par la force marée motrice. Autre élément à observer, les chercheurs veulent embarquer des équipements informatiques capables de durer. La maintenance dans le milieu océanique l’impose. Il faudra donc repenser le concept de rack qui avant tout là pour permettre à l’homme de remplacer des éléments. Les chercheurs vont aussi se pencher sur l’impact environnemental du module. Lors du premier test, ils sont analysés grâce à un capteur sonore le bruit du datacenter sous-marin. Au final, il n’y a pas de pollution sonore.

Ce type de projet ouvre donc un champ des possibles pour les datacenters. Microsoft rappelle que la moitié de la population réside à moins de 200 kilomètres d’une côte et qu’un centre de calcul au plus près des utilisateurs optimise les services en diminuant le temps de latence. La firme met en avant la rapidité de déploiement de sa solution disponible en 90 jours et l’intérêt sur le plan environnemental.Windows 10 dépasse Windows 8.1. Windows 10 a démarré l’année en dépassant, pour la première fois, Windows 8.1. Après son démarrage en fanfare en août 2015, le nouvel OS de Microsoft a poursuivi son adoption régulière (bien qu’un peu forcée sur les bords) par les utilisateurs et les entreprises pour atteindre en janvier 2016 13,65% du marché des OS contre 11,67% pour son prédécesseur sur le déclin, selon les derniers chiffres de Statcounter. Windows 10 est particulièrement apprécié des Anglais. L’OS occupe déjà 22,4% des ordinateurs de bureau et portable au Royaume-Uni. Mieux qu’aux Etats-Unis où il s’illustre néanmoins au dessus de la moyenne mondiale à 15,7% du marché qui font néanmoins pale figue par rapport à la France où l’OS séduit près de 18,7% des utilisateurs. Si l’Europe est bonne fille (avec plus de 17% des PC sous Windows 10), l’Asie se montre beaucoup moins sensible.

Le nouvel OS de Redmond vient à peine d’y franchir les 9%. Dans tous les cas, la route est encore longue avant de surpasser Windows 7 qui domine toujours le marché des OS avec 46,66% des parts même si son déclin a démarré avec l’arrivée de son nouveau rival. Quant au mythique Windows XP, il fait encore tourner près de 8% des PC dans le monde. Le Galaxy S7 dévoilé le 21 février. Samsung a envoyé ses invitations pour sa conférence de presse du Mobile World Congress (MWC) 2016 de Barcelone. Le 21 février, veille de l’ouverture officielle du salon dédié à l’industrie mobile, le Coréen devrait dévoiler son nouveau smartphone phare, le Galaxy S7 ainsi que sa désormais fidèle déclinaison à l’écran aux bords arrondis, le S7 Edge. Si, globalement, les différents modèles du Galaxy S7 devraient reprendre les caractéristiques de ses prédécesseurs avec des composants plus puissants (4 Go de RAM, batteries de 3000 et 36000 mAh…), Samsung aurait également décidé de revenir sur un choix controversé avec la suppression du slot microSD pour étendre la capacité de la mémoire. A trop vouloir s’inspirer des iPhone d’Apple, on en vient parfois aussi à copier les mauvaises idées. La correction du tir s’imposait. Fin de parcours pour les tablettes Jolla.

En passe à de grosses difficultés, Jolla ne pourra pas assurer la livraison des 700 tablettes. Dans un blog, l’éditeur de l’OS Sailfish avertit les clients qui avaient passé commandes que les livraisons de la tablette ne pourront être honorées. En tout et pour tout, Jolla aura livré 661 tablettes, 121 en fin d’année dernière et 540 prévues dans le courant février. Pour mener à bien son projet, Jolla avait fait appel au financement participatif. Mais dans un blog, la société explique les déboires qui ont précipité la fin de l’aventure : changement d’usine de fabrication, problème d’approvisionnement de composants, écran défectueux. Ceux qui n’ont pas été servis bénéficieront d’un remboursement en deux fois, la moitié au 1er trimestre et l’autre moitié à la fin de l’année. Espérons que d’ici là la société ne mette pas la clé sous la porte. Les tablettes cèdent toujours plus leur place aux 2-en-1. Le déclin du marché mondial des tablettes s’est accentué au 4e trimestre. Avec moins de 66 millions d’unités, il recule de 13,7% sur un an alors que la chute se limite à 10,1% pour 206,8 millions d’ardoises numériques sur l’ensemble de l’année 2015 par rapport à 2014, selon IDC.

Si, sur l’année entière, l’attrait pour les iPad baisse de près de 22%, Apple reste néanmoins le premier vendeur de tablettes du marché avec 49,6 millions d’unités, essentiellement grâce au succès des 2 millions d’iPad Pro vendus en fin d’année. Encore loin devant les 33,4 millions de GalaxyTab de Samsung qui limite son recul à 16,1%. Lenovo est stable (-0,4% pour 11,2 millions d’unités). Mais le grand gagnant est sans conteste Huawei qui, avec 6,5 millions de tablettes, fait une percée de 116,6%. Le seul acteur du marché en croissance alors qu’Asus se casse la figure (-40% pour 7,1 millions d’exemplaires).Notons également l’excellente performance d’Amazon au cours du dernier trimestre 2015 qui a vendu 5,2 millions de Kindle. Si le marché des tablettes décline dans son ensemble, le sous-segment des 2-en-un (tablettes détachable à la sauce Surface de Microsoft) bat des records de hausse avec 8,1 millions de ventes sur le seul 4e trimestre. Plus du double du résultat de l’année dernière. L’explication ? « Les utilisateurs les voient comme les remplaçant des PC », explique Jean-Philippe Bouchard, directeur de recherche chez IDC. Tout simplement. L’avenir de la tablette est donc bien le PC. Le MIT et Texas Instrument ont construit une puce RFID ultra sécurisée capable de contrecarrer les attaques par canaux auxiliaires et par coupure de courant auxquelles ces composants sont sensibles.

Dans le développement des objets connectés ou plus couramment l’Internet des objets, les technologies réseaux se livrent une guerre sans merci. LoRa, Sigfox, WiFi, Bluetooth veulent en croquer et tirer bénéfice d’un marché en pleine expansion. Une autre technologie intéresse les chercheurs, le RFID (radio frequency identification). Pour rappel, il s’agit d’une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs. Ces derniers sont en général des étiquettes ou des puces que l’on trouve sur des produits (pour la traçabilité) ou sur des cartes de paiement (sans contact) par exemple. On comprend donc que la sécurité en soit un composant crucial.Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et Texas Instrument ont élaboré des puces RFID ultra sécurisées pour éviter le piratage. Chiraag Jukevar, étudiant en génie électrique, explique que cette puce a été conçue à l’origine pour empêcher des attaques par canaux auxiliaires (side-channel attacks).

Ce type d’attaques est capable d’analyser les schémas d’accès à la mémoire ou d’enregistrer les fluctuations électriques d’un terminal lors d’une opération chiffrée afin de déduire la clé. Pour le chercheur, « l’objectif d’une attaque par canal auxiliaire est de capter les bribes d’informations émises lors de l’exécution d’un algorithme de chiffrement. Si cette exécution se répète plusieurs fois, le pirate aura suffisamment d’éléments pour réunir les informations complètes ».Un des moyens pour freiner ce type d’attaques est de changer régulièrement les clés de chiffrement. Dans ce cas, la puce RFID fonctionne comme un générateur de nombres aléatoires capable de créer des nouvelles clés après chaque transaction. Il faut installer un serveur central disposant du même générateur pour valider la clé quand le lecteur RFID envoie une requête. Cependant, cette méthode est vulnérable à une attaque dite « power glitch » (panne électrique) qui consiste à couper l’alimentation de la puce RFID avant la modification de la clé. Un cybercriminel pourrait alors exécuter la même attaque par canaux auxiliaires des milliers de fois avec la même clé. Le chercheur souligne que les puces RFID sont particulièrement sensibles aux attaques par coupure de courant, car elles sont chargées par les scanners et ne disposent pas de batteries embarquées.

Pour contrecarrer l’attaque par panne électrique, les chercheurs du MIT ont élaboré deux innovations dans les puces RFID. La première concerne l’intégration d’une alimentation sur la puce, dont les connexions aux circuits de la puce seraient impossibles à interrompre. La seconde innovation se base sur un ensemble de cellules de mémoire « non volatiles » capables de stocker toutes les données de la puce quand il y a une perte de puissance.Texas Instrument, partenaire de la recherche, a construit plusieurs prototypes de puces RFID à partir des innovations des chercheurs du MIT. Ces prototypes ont été éprouvés à plusieurs reprises et les puces se sont comportées comme prévues. Ahmad Bahai, directeur de la technologie chez Texas Instrument, indique : « à l’ère de la connectivité omniprésente, la sécurité est un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés. Les travaux du MIT sont importants pour construire des puces robustes pour l’Internet industriel, à faible coût et avec un protocole d’authentification à faible consommation ».C’est BQ qui proposera la première tablette Ubuntu du marché, un dérivé de son Aquaris M10. Une offre ARM 64 bits convertible en station de travail desktop.

Une première tablette Ubuntu fait son entrée sur le marché, l’Aquaris M10 Ubuntu Edition de BQ. Une demi-surprise, puisque le constructeur propose également deux smartphones Ubuntu, les E4.5 et E5.Au menu de cette tablette, une puce MediaTek MT8163A, comprenant quatre cœurs ARM 64 bits Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz. Du milieu de gamme 64 bits qui laisse espérer un tarif raisonnable. Chose d’autant plus vraie que la version Android de cette offre, déjà commercialisée, est proposée pour 279,90 euros TTC (livraison comprise).Le processeur est épaulé par 2 Go de RAM et 16 Go d’espace de stockage (extensible via l’ajout d’une carte micro SD). Côté écran, une dalle IPS de 10,1 pouces, d’une résolution de 1920 x 1080 points, est pilotée par un solide GPU ARM Mali-T720 MP2 cadencé à 600 MHz. Deux capteurs d’images, de 8 et 5 mégapixels, sont proposés.Le tout affiche une épaisseur de 8,2 mm, un poids de 470 g et une solide batterie de 7280 mAh. Sur le front du réseau, Bluetooth 4.0 et Wifi 802.11n sont présents, ainsi qu’un module GPS, qu’il faudra espérer mieux exploité que sur les smartphones Ubuntu.

  1. http://www.blogstuff.co.uk/davydenko/
  2. http://retrouve3.weebly.com/blog
  3. http://blogs.elle.com.hk/retrouve3/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 09-06-2017 à 02h40

 Batterie pour ordinateur portable Acer Aspire 5720 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Microsoft aurait pu l’appeler Nautilus en référence à Vingt milles lieus sous les mers de Jules Verne. Mais le projet d’un datacenter sous-marin a reçu le nom de code, Natick. Cette initiative est née en février 2013 avec la publication d’un article rédigé par Sean James, un employé de Microsoft et ancien de la Navy. L’objet de son document : la création d’un datacenter sous-marin. Il n’aura pas attendu longtemps pour que son idée retienne l’attention d’un responsable de la firme de Redmond, Norm Whitaker, ancien de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency). En 2014, il réunit une équipe au sein de l’unité New Experiences and Technologies (Next) pour lancer le projet Natick.Pendant plusieurs mois, cette équipe va mettre au point une capsule capable d’accueillir les équipements informatiques. Fruit de ce travail, un premier prototype a été créé et baptisé Leona Philpot, en l’honneur d’un personnage du jeu Halo sur Xbox. Cette capsule est un caisson comprenant des échangeurs thermiques où le rack informatique baigne dans de l’azote pressurisé. Cette capsule est un modèle pour l’Internet des objets avec pas moins de 100 capteurs pour mesurer le taux d’humidité, la salinité, la pression, le dégagement de chaleur, la prévention de panne, etc.

En août 2015, Microsoft a testé in situ le prototype en l’immergeant à une dizaine de mètres de profondeurs pendant 105 jours dans l’océan Pacifique au large de la Californie (San Luis Obispo). Des batteries de test ont été menées pendant cette période et le module une fois remonté a été rapatrié à Redmond pour des analyses complémentaires.Ce premier essai concluant a permis à Microsoft de lancer la construction de trois autres capsules. D’autres essais sont par ailleurs prévus l’année prochaine en Floride et en Europe du Nord. Derrière ces tests, Microsoft essaye de valider différentes solutions technologiques pour ces conteneurs. Parmi elles, l’alimentation fournie à la capsule par la force marée motrice. Autre élément à observer, les chercheurs veulent embarquer des équipements informatiques capables de durer. La maintenance dans le milieu océanique l’impose. Il faudra donc repenser le concept de rack qui avant tout là pour permettre à l’homme de remplacer des éléments. Les chercheurs vont aussi se pencher sur l’impact environnemental du module. Lors du premier test, ils sont analysés grâce à un capteur sonore le bruit du datacenter sous-marin. Au final, il n’y a pas de pollution sonore.

Ce type de projet ouvre donc un champ des possibles pour les datacenters. Microsoft rappelle que la moitié de la population réside à moins de 200 kilomètres d’une côte et qu’un centre de calcul au plus près des utilisateurs optimise les services en diminuant le temps de latence. La firme met en avant la rapidité de déploiement de sa solution disponible en 90 jours et l’intérêt sur le plan environnemental.Windows 10 dépasse Windows 8.1. Windows 10 a démarré l’année en dépassant, pour la première fois, Windows 8.1. Après son démarrage en fanfare en août 2015, le nouvel OS de Microsoft a poursuivi son adoption régulière (bien qu’un peu forcée sur les bords) par les utilisateurs et les entreprises pour atteindre en janvier 2016 13,65% du marché des OS contre 11,67% pour son prédécesseur sur le déclin, selon les derniers chiffres de Statcounter. Windows 10 est particulièrement apprécié des Anglais. L’OS occupe déjà 22,4% des ordinateurs de bureau et portable au Royaume-Uni. Mieux qu’aux Etats-Unis où il s’illustre néanmoins au dessus de la moyenne mondiale à 15,7% du marché qui font néanmoins pale figue par rapport à la France où l’OS séduit près de 18,7% des utilisateurs. Si l’Europe est bonne fille (avec plus de 17% des PC sous Windows 10), l’Asie se montre beaucoup moins sensible.

Le nouvel OS de Redmond vient à peine d’y franchir les 9%. Dans tous les cas, la route est encore longue avant de surpasser Windows 7 qui domine toujours le marché des OS avec 46,66% des parts même si son déclin a démarré avec l’arrivée de son nouveau rival. Quant au mythique Windows XP, il fait encore tourner près de 8% des PC dans le monde. Le Galaxy S7 dévoilé le 21 février. Samsung a envoyé ses invitations pour sa conférence de presse du Mobile World Congress (MWC) 2016 de Barcelone. Le 21 février, veille de l’ouverture officielle du salon dédié à l’industrie mobile, le Coréen devrait dévoiler son nouveau smartphone phare, le Galaxy S7 ainsi que sa désormais fidèle déclinaison à l’écran aux bords arrondis, le S7 Edge. Si, globalement, les différents modèles du Galaxy S7 devraient reprendre les caractéristiques de ses prédécesseurs avec des composants plus puissants (4 Go de RAM, batteries de 3000 et 36000 mAh…), Samsung aurait également décidé de revenir sur un choix controversé avec la suppression du slot microSD pour étendre la capacité de la mémoire. A trop vouloir s’inspirer des iPhone d’Apple, on en vient parfois aussi à copier les mauvaises idées. La correction du tir s’imposait. Fin de parcours pour les tablettes Jolla.

En passe à de grosses difficultés, Jolla ne pourra pas assurer la livraison des 700 tablettes. Dans un blog, l’éditeur de l’OS Sailfish avertit les clients qui avaient passé commandes que les livraisons de la tablette ne pourront être honorées. En tout et pour tout, Jolla aura livré 661 tablettes, 121 en fin d’année dernière et 540 prévues dans le courant février. Pour mener à bien son projet, Jolla avait fait appel au financement participatif. Mais dans un blog, la société explique les déboires qui ont précipité la fin de l’aventure : changement d’usine de fabrication, problème d’approvisionnement de composants, écran défectueux. Ceux qui n’ont pas été servis bénéficieront d’un remboursement en deux fois, la moitié au 1er trimestre et l’autre moitié à la fin de l’année. Espérons que d’ici là la société ne mette pas la clé sous la porte. Les tablettes cèdent toujours plus leur place aux 2-en-1. Le déclin du marché mondial des tablettes s’est accentué au 4e trimestre. Avec moins de 66 millions d’unités, il recule de 13,7% sur un an alors que la chute se limite à 10,1% pour 206,8 millions d’ardoises numériques sur l’ensemble de l’année 2015 par rapport à 2014, selon IDC.

Si, sur l’année entière, l’attrait pour les iPad baisse de près de 22%, Apple reste néanmoins le premier vendeur de tablettes du marché avec 49,6 millions d’unités, essentiellement grâce au succès des 2 millions d’iPad Pro vendus en fin d’année. Encore loin devant les 33,4 millions de GalaxyTab de Samsung qui limite son recul à 16,1%. Lenovo est stable (-0,4% pour 11,2 millions d’unités). Mais le grand gagnant est sans conteste Huawei qui, avec 6,5 millions de tablettes, fait une percée de 116,6%. Le seul acteur du marché en croissance alors qu’Asus se casse la figure (-40% pour 7,1 millions d’exemplaires).Notons également l’excellente performance d’Amazon au cours du dernier trimestre 2015 qui a vendu 5,2 millions de Kindle. Si le marché des tablettes décline dans son ensemble, le sous-segment des 2-en-un (tablettes détachable à la sauce Surface de Microsoft) bat des records de hausse avec 8,1 millions de ventes sur le seul 4e trimestre. Plus du double du résultat de l’année dernière. L’explication ? « Les utilisateurs les voient comme les remplaçant des PC », explique Jean-Philippe Bouchard, directeur de recherche chez IDC. Tout simplement. L’avenir de la tablette est donc bien le PC. Le MIT et Texas Instrument ont construit une puce RFID ultra sécurisée capable de contrecarrer les attaques par canaux auxiliaires et par coupure de courant auxquelles ces composants sont sensibles.

Dans le développement des objets connectés ou plus couramment l’Internet des objets, les technologies réseaux se livrent une guerre sans merci. LoRa, Sigfox, WiFi, Bluetooth veulent en croquer et tirer bénéfice d’un marché en pleine expansion. Une autre technologie intéresse les chercheurs, le RFID (radio frequency identification). Pour rappel, il s’agit d’une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs. Ces derniers sont en général des étiquettes ou des puces que l’on trouve sur des produits (pour la traçabilité) ou sur des cartes de paiement (sans contact) par exemple. On comprend donc que la sécurité en soit un composant crucial.Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et Texas Instrument ont élaboré des puces RFID ultra sécurisées pour éviter le piratage. Chiraag Jukevar, étudiant en génie électrique, explique que cette puce a été conçue à l’origine pour empêcher des attaques par canaux auxiliaires (side-channel attacks).

Ce type d’attaques est capable d’analyser les schémas d’accès à la mémoire ou d’enregistrer les fluctuations électriques d’un terminal lors d’une opération chiffrée afin de déduire la clé. Pour le chercheur, « l’objectif d’une attaque par canal auxiliaire est de capter les bribes d’informations émises lors de l’exécution d’un algorithme de chiffrement. Si cette exécution se répète plusieurs fois, le pirate aura suffisamment d’éléments pour réunir les informations complètes ».Un des moyens pour freiner ce type d’attaques est de changer régulièrement les clés de chiffrement. Dans ce cas, la puce RFID fonctionne comme un générateur de nombres aléatoires capable de créer des nouvelles clés après chaque transaction. Il faut installer un serveur central disposant du même générateur pour valider la clé quand le lecteur RFID envoie une requête. Cependant, cette méthode est vulnérable à une attaque dite « power glitch » (panne électrique) qui consiste à couper l’alimentation de la puce RFID avant la modification de la clé. Un cybercriminel pourrait alors exécuter la même attaque par canaux auxiliaires des milliers de fois avec la même clé. Le chercheur souligne que les puces RFID sont particulièrement sensibles aux attaques par coupure de courant, car elles sont chargées par les scanners et ne disposent pas de batteries embarquées.

Pour contrecarrer l’attaque par panne électrique, les chercheurs du MIT ont élaboré deux innovations dans les puces RFID. La première concerne l’intégration d’une alimentation sur la puce, dont les connexions aux circuits de la puce seraient impossibles à interrompre. La seconde innovation se base sur un ensemble de cellules de mémoire « non volatiles » capables de stocker toutes les données de la puce quand il y a une perte de puissance.Texas Instrument, partenaire de la recherche, a construit plusieurs prototypes de puces RFID à partir des innovations des chercheurs du MIT. Ces prototypes ont été éprouvés à plusieurs reprises et les puces se sont comportées comme prévues. Ahmad Bahai, directeur de la technologie chez Texas Instrument, indique : « à l’ère de la connectivité omniprésente, la sécurité est un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés. Les travaux du MIT sont importants pour construire des puces robustes pour l’Internet industriel, à faible coût et avec un protocole d’authentification à faible consommation ».C’est BQ qui proposera la première tablette Ubuntu du marché, un dérivé de son Aquaris M10. Une offre ARM 64 bits convertible en station de travail desktop.

Une première tablette Ubuntu fait son entrée sur le marché, l’Aquaris M10 Ubuntu Edition de BQ. Une demi-surprise, puisque le constructeur propose également deux smartphones Ubuntu, les E4.5 et E5.Au menu de cette tablette, une puce MediaTek MT8163A, comprenant quatre cœurs ARM 64 bits Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz. Du milieu de gamme 64 bits qui laisse espérer un tarif raisonnable. Chose d’autant plus vraie que la version Android de cette offre, déjà commercialisée, est proposée pour 279,90 euros TTC (livraison comprise).Le processeur est épaulé par 2 Go de RAM et 16 Go d’espace de stockage (extensible via l’ajout d’une carte micro SD). Côté écran, une dalle IPS de 10,1 pouces, d’une résolution de 1920 x 1080 points, est pilotée par un solide GPU ARM Mali-T720 MP2 cadencé à 600 MHz. Deux capteurs d’images, de 8 et 5 mégapixels, sont proposés.Le tout affiche une épaisseur de 8,2 mm, un poids de 470 g et une solide batterie de 7280 mAh. Sur le front du réseau, Bluetooth 4.0 et Wifi 802.11n sont présents, ainsi qu’un module GPS, qu’il faudra espérer mieux exploité que sur les smartphones Ubuntu.

  1. http://www.blogstuff.co.uk/davydenko/
  2. http://retrouve3.weebly.com/blog
  3. http://blogs.elle.com.hk/retrouve3/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 09-06-2017 à 02h40


Historique : 09-06-2017
 

SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 25-06-2016 à 04h02 | Mis à jour le 09-06-2017 à 02h40 | Note : Pas de note